top of page

Sur les traces de mon grand-père...


A mon retour de ce voyage road trip en Espagne, qui a eu lieu la semaine dernière j'avais envie de vous embarquer de nouveau dans mon histoire. C'est une nouvelle expérience de vie et en vous la partageant je me dis que cela peut résonner pour quelques-uns d'entre vous. Alors, voilà comment est né ce nouveau voyage? Comment il s'est posé ? Et surtout, l'apprentissage que j'en tire...


Grâce à toutes les expérimentations que je fais depuis ces 3 dernières années, mon système a pas mal bougé, seulement voilà mon système personnel fait parti d'une constellation... celle de ma famille... et dans ma famille je ne suis pas seule à faire bouger son système. Ce qui par conséquent, fait bouger toute la constellation familiale.


Ce sont ces changements qui m'ont fait ressentir l'envie de suivre les traces de ma famille et plus spécialement sur celle de mon grand-père, qui pour moi a été un pilier de ma vie. Sa disparition a fait partie de mes grandes épreuves de vie. Une semaine de congés posée déjà depuis plusieurs mois, un mari qui n'est pas le dernier à donner l'impulsion et nous voici sur un coup de tête parcourir 2 500 km en 5 jours en Van, direction la région d'Alicante en Espagne.

Ce voyage a une double symbolique pour moi, me rendre sur cette terre et voyager en Van. Lorsque je me retrouve face à un événement important qui se joue ou va se jouer pour moi j'ai un processus un peu spécial qui prend place à l'intérieur de moi : je panique, je me pose plein de questions qui me poussent presque à tout annuler et faire machine arrière. Et ici le processus n'a pas dérogé à la règle. J'ai passé la semaine précédente à me répéter en boucle qu'on était fou de faire ce voyage, j'ai même pensé à changer la destination.

Nous avons préparé notre périple en plusieurs étapes, mon envie de passer la nuit dans les Pyrénées et les envies de bonnes affaires de mon mari, nous ont conduit à nous arrêter à 1 500m d'altitude en Andorre pour ce premier stop. La soirée pointe son nez, la température commence à tomber et je découvre la vie nomade, à manger dans le Van, au chant des chouettes, je sais déjà que je vais adorer cette semaine. Le Van à une symbolique pour moi, celle de la Liberté, valeur fondamentale à mes yeux. Vivre au rythme du soleil et de la nature, au grès du vent et de nos envies.


La première nuit passée nous voilà sur les routes en Espagne, l'objectif de la journée se rendre dans cette région d'Alicante. Etant libre de tracer la route de notre choix, nous faisons un premier pas vers mon chemin familial et décidons de retrouver des membres de ma famille en vacances eux aussi en Espagne, rendez-vous dans la belle ville de Tarragona pour déjeuner. Je vois les paysages défiler, qui sont différents à chaque heure qui passe.

J'aime ce que je vois et ce que je ressens.


20h nous arrivons au point marqué sur mon plan, nous y sommes enfin !! Mais voilà il est 20h et tout n'est pas exactement comme je l'avais prévu dans ma tête. Il va commencer à être tard et nous devons trouver un lieu pour la nuit, je suis déçue et fatiguée, il me vient à l'esprit que nous avons fait tout ça pour "ça", pour nous retrouver devant une chaîne qui bloque notre chemin. Je n'ai qu'une envie c'est de me poser, nous reviendrons demain matin. Nous reprenons la route et quelques instants plus tard nous trouvons un spot absolument incroyable.

Seul au monde, la liberté prend tout son sens. Je suis là devant ce paysage magique. La déception laisse place à la reconnaissance. Ok, nous nous sommes retrouvés face à un imprévu, ok ce n'était pas exactement ce que j'avais imaginé mais, là de suite face à cette immensité je me sens tellement chanceuse, les yeux perdus devant ce spectacle je pense à mon grand-père, je le remercie tellement fort et je me laisse traverser par les émotions qui se présentent.

Une bonne nuit passée et nous reprenons la route pour nous rendre à notre point de la veille et essayer d'obtenir les renseignements que nous étions venus chercher. Renseignements obtenus, nous partons à la découverte de cette région.


Sur la route je continue de contempler les paysages que je trouve incroyable, je ressens une sensation étrange... celle d'être chez moi dans ce pays et région que je ne connais pas. Même si évidemment je sais que ma famille maternelle est Espagnole, que même si j'ai moi-même cette nationalité en ayant mes papiers (qui d'ailleurs avaient été fait par mon grand-père quand j'étais enfant), je ne prends conscience qu'à ce moment-là que l'Espagne fait partie de l'histoire de ma famille et comme nous sommes une grande constellation, elle fait partie indirectement de mon histoire. Le séjour continu et cela me donne envie d'en découvrir encore plus. Je rassemble les pièces du puzzle et je commence à comprendre comment la construction de ma famille et son histoire agit sur moi. J'avais déjà touché du doigt l'importance de la généalogie et psychogénéalogie mais ici, tout prend sens. Je me sens frustrée d'avoir perdu la langue, de ne pas réussir à communiquer comme je le souhaitais, de ne pas avoir creusé cette partie de moi. La vie à l'"Espagnole", la chaleur des gens contribuent à me faire me sentir à ma place. La France est mon Pays natal. C'est mon pays, ma 1ere nationalité et je l'aime dans sa beauté et son imperfection, je connais son histoire et certaines de ses régions. Pourtant, ici en Espagne encore une fois c'est différent, ce que je ressens est différent de ce que j'ai pu ressentir en voyageant en France ou ailleurs, ici je le sens au fond de moi, je suis chez moi.


Le voyage continu et les spots s’enchaînent, tous aussi beaux les uns que les autres. Je savoure notre semaine à la roots en profitant de l'instant présent, le cœur léger, en joie. J'aime cette vie d'aventure et je comprends que certains plaquent tout pour vivre ainsi.

Pour ma part, même si j'ai adoré vivre ce voyage j'ai besoin d'un pied à terre. Mon foyer est en France, je suis heureuse de le retrouver mais ce que je sais, c'est qu'un jour, quand le moment sera venu j'aurai un autre pied à terre sur cette terre que mes ancêtres maternels ont dû quitter. Certains d'entres eux y sont revenus et d'autres, comme mon grand-père non, soit par choix, soit comme lui parce que la vie en a décidé autrement. Je sais que son cœur était là-bas, tout comme celui de ma grand-mère. J'ai fais le deuil de sa disparition depuis longtemps mais, grâce à ce voyage je sais que mon cœur est pleinement apaisé. Son chemin est celui qu'il a été, il lui appartient, à moi maintenant de continuer à construire le mien, non pas en marchant dans ses pas comme je l'avais pensé avant d'entamer ce voyage, mais en créant mes propres traces.


"Voyager, c’est partir à la découverte de l’autre. Et le premier inconnu à découvrir, c’est vous." Oliver Föllmi, photographe franco suisse



57 vues0 commentaire

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page